wp6105bd35_1b.jpg
wp26198ef3.gif
Monsieur MOITON, architecte et membre de la société des hygiénistes et techniciens municipaux, de Chaumont, est chargé d'établir les projets.

En attendant ce vaste programme, on installe en 1927, quatre pompes à godets sur les citernes publiques

Mais en 1930, on décide fermement de faire établir un projet de captation et d'adduction d'eau de la source « de Chaugey » par le service hydraulique des ponts et chaussées. Des frais de géologie et de bactériologie sont engagés et une enquête publique est lancée en mai 1931.
Rien n'est pourtant acquis pourtant. Puisque le 17 Mars 1932, un autre projet est lancé au niveau intercommunal avec Epagny, Marsannay le bois, Savigny le sec, Gemeaux et Pichanges. La Commune est décidée d'entrer dans ce syndicat mais demande malgré tout que le projet d'adduction pour Chaignay uniquement soit étudié plus avant En Septembre de la même année, le projet intercommunal prend malgré tout le dessus et en 1933, Monsieur VINCENT, Ingénieur du service hydraulique est chargé du dossier, sous le contrôle du service des ponts et chaussées..

Mais la surprise est à venir … En effet, une enquête publique est conduite, appelée à cette époque « enquête de commodo et incommodo ». 38 déclarations sont défavorbles au projet, contre 11 favorables. Le conseil est dépité et pense que la pétition conduite contre le projet a été lourde de conséquence. Des renseignements inexacts ont été divulgués, comme le prix élevé, mais sans tenir compte de la subvention. Le fait que le village n'a pas d'eau vraiment potable n'a pas été communiqué, comme le manque d'eau tout simplement.
Le conseil relève les cas de typhoïde constatés et pense qu'il y a danger en cas de sinistre . Il est demandé au Préfet de bien vouloir malgré tout approuver ce projetCe qui est fait, mais avec une réduction de 40 % du montant initial de subvention , faute d'avoir attendu, car nous sommes maintenant en 1936. Le projet est reconnu d'utilité
publique et les dépenses sont évaluées à 450 000 Francs. Une bonification du taux d'intérêt est demandée sur le prêt envisagé de 230 000 au taux de 5 %.
Patatras ! La crise économique de 1936 entraîne une hausse très forte du coût des matériaux et de la main d'œuvre. Les devis deviennent caducs, et il est décidé de surseoir au projet. L'administration, en 1939, supprime la subvention qui était accordée ...
Les années 1945 et 1946 seront très dures, non seulement en raison de l'état de guerre, mais aussi du manque d'eau qui se fait cruellement sentir pour les 336 habitants et les 600 têtes de bétail. Le 21 Octobre 1946, il est demandé aux Services du Génie Rural de reprendre le projet. En 1947, toujours le même manque d'eau, mais cela devient insupportable : on demande l'aide de l'armée pour ravitailler le village. Une lettre est adressée au Général Commandant la 7 ème région militaire
Le 20 Mai 1949 on reprend le projet de 1932. Soit 17 années plus tard, avec les même communes, plus Flacey, réunies pour former un syndicat.
Les services du génie rural sont à nouveau sollicités. Imaginons, qu'il leur suffit de reprendre le dossier dans une pile d'archives… Même pas, puisque le 3 Mai 1950, ce syndicat se réduit comme peau de chagrin à Chaignay-Gemeaux-Pichanges. Pour quelle raison, nous ne le savons pas très bien.

Toujours est-il que les autres communes : Flacey, Epagny, Savigny, Marsannay, rejoindront plus tard le Syndicat des eaux de Clénay, qui dessert le Val de Norges.
Dans la même séance, il est décidé d'aménager près de l'Eglise de Chaignay, la grande citerne publique en vue de la protection incendie. Nous ne savons pas non plus de quelle citerne il s'agit
Le concours du Service des Ponts et Chaussées est demandé mais est refusé par la Préfecture ! Y a t-il erreur dans le choix du service compétent, peut-être, car jusqu'à présent c'était le Génie Rural (DDA) qui était désigné.
wp24b0542d.png
wp4109dcf0_1b.jpg
wpe377ccb8_1b.jpg
wp649a0a3b_1b.jpg
wp9c46c4af_1b.jpg