La forêt communale

wp8c8918e1_1b.jpg

La surface boisée sur le territoire communal est précisément de 835 ha, principalement en taillis sous futaie et quelques rares plantations de résineux.

Plus de la moitié de cet espace (527ha) est de la forêt privée, ou de la forêt domaniale (Etat).

Un décret impérial du 15 Juin 1812 fixait à 304,88 ha la surface de la forêt communale de Chaignay à aménager. Celle-ci était alors divisée en 25 parcelles traitées en taillis sous futaie à la révolution de 25 ans (*) pour 228 ha et en 8 coupons de réserve en bois d'œuvre pour 76 ha soit un total de 304 ha. Le cadastre actuel retient aujourd'hui 310 ha.

Observons que cette surface n’a cessé de fluctuer selon les arpenteurs ...

Nous voyons ainsi le 13 Décembre 1734 : 508 arpents ¼ et 59 perches (l’arpent royal est de 52 ares environ). Soit 264,29 ha

Cet aménagement de 1812 a été appliqué jusqu'en 1980, date à laquelle un nouveau modèle pour les années futures a été rédigé pour réorienter la forêt vers la production de bois d'œuvre sans écarter l'objectif cynégétique

Plusieurs parcelles ont ainsi été plantées en chêne ou hêtre avec plus ou moins de succès. Un bilan a été fait en 93 entre la Commune et l'ONF qui révéla que :

Au vu de ces résultats la Commune a demandé à l'ONF de réviser à la baisse le plan d'aménagement de 1994 à 2008.

C'est ainsi qu'une première série de coupes prévoit la conversion en futaie régulière feuillue de chêne rouvre et hêtre pour 53 ha, et qu'une seconde série de coupes conserve l'ancien système de taillis sous futaie pour 256 ha (bois de feu avec une révolution de 40 ans en affouages)

Pour conclure, nous pouvons dire que la chasse est et restera encore longtemps le revenu principal de cette forêt, pauvre en qualité de sol

Au vu de ces résultats la Commune a demandé à l'ONF de réviser à la baisse le plan d'aménagement de 1994 à 2008.

Un nouveau plan d'aménagement a été étudié par l'ONF et adopté par le conseil municipal en 2009.

C'est ainsi qu'une première série de coupes prévoit la conversion en futaie régulière feuillue de chêne rouvre et hêtre pour 53 ha, et qu'une seconde série de coupes conserve l'ancien système de taillis sous futaie pour 256 ha (bois de feu avec une révolution de 40 ans en affouages)

(*) Révolution : Terme technique en gestion forestière qui donne la période de croissance nécessaire avant de prélever la production d'une parcelle. Le chiffre donné peut être de 25 à 40 ans selon la qualité du sol

wp7f5a9c22_1b.jpg
wp67663e77_1b.jpg
wpc0630fe8.png

Le parc national forestier de Champagne-Bourgogne.
Le débat est lancé !

Puis en 1805, l’arpenteur Gentil-fils, dit que la surface est de 954 journaux et ½  de bois ou 327,2025 ha ; puis en 1816, l’arpenteur-vérificateur Noirot ramène à 304,88 ha en enlevant la surface du lieu-dit « la Couternon » (ou « la Côte Anon).

Pourquoi cette différence : au cours des années qui ont suivi la révolution, la municipalité de Chaignay a revendiqué la propriété du bois de la Couternon, prétendant que sous l’ancien régime, les habitants de la commune’ en avaient la jouissance. Ces demandes furent toujours rejetées et la municipalité ne put jamais obtenir satisfaction.