Les pigeonniers

wpf404d9db.gif

Le pigeonnier situé dans le haut de la rue du puits Chirot, coté Nord, est sans doute le plus vieux batiment du village.


Comment peut-on affirmer cela. Il faut savoir qu'en France, pour avoir le droit de construire un pigeonnier avant 1789, il fallait répondre à des critères bien précis de surface de terre labourable (ni en pré ou en vigne). autour du pigeonnier seigneurial. Une fois le terrain acquis, le batiment construit, on pouvait l'aménager en vue de son peuplement. Si le nombre de pigeons locataires était trop élevé, on s'exposait à des sanctions très lourdes. Dans notre région, il fallait posséder trois journaux (1ha) de terre par boulin (case à pigeon). Il est ainsi aisé aujourd'hui de connaître le patrimoine seigneurial de l'époque !

 

Généralement, seul l'étage supérieur était consacré à l'élevage. Le rez de chaussée servait de poulailler, d'écurie ou de remise.

 


 

 

Bien souvent, seul le seigneur haut justicier avait le droit d'en posséder un. Rappelons pour mémoire, que Chaignay a été rasé de toute habitation en 1635 lors de l'invasion de Gallas. La maison forte du village était sans doute construite dans le quadrilatère des rues du Presbytère--puits radier -seulte ruelle--rue du chêne. Quelques substructions (croisée d'ogive) en témoignent encore aujourd'hui, comme un lieu-dit non loin de là : la cour brûlée …

A Chaignay et à n'en pas douter, ce pigeonnier était situé à proximité de la demeure seigneuriale, comme dans tout village. , l'Eglise et le cimetière contigu étaient tout proche également

Quelques détails d'architecture, propres aux pigeonniers :

La protection contre les prédateurs (rats, fouines, etc …) nécessitait des protections particulières, ainsi :

-la porte devait fermer à clef
-les murs devaient être soigneusement crépis pour empêcher les prédateurs de grimper.
-une ceinture de pierre aux deux tiers de la hauteur, quelques fois enduite de suif, dissuadait de toute escalade
-le toit devait être soigneusement entretenu et ne pas avoir de chaîneaux, pour faciliter l'évacuation des fientes.
-A l'intérieur, les murs étaient blanchis pour favoriser la luminosité et on le sait maintenant, la fécondité !


Dans le pigeon tout est bon !

-Sa chair, ses œufs, offraient un garde-manger irremplaçable en cas de conflit, de disette. D'où l'expression : se faire pigeonner. Trop d'abus entraîne de graves problèmes de santé.
-ses fientes, encore appelées colombine, sont un engrais très riche, mais aussi un excellent cataplasme !
Bonjour l'odeur ….

wp2b1e16e0_1b.jpg
wp65877acf_1b.jpg
wpc0630fe8.png